• 24 RUE SIEYES

    L'atelier de cycles créé en 1946

    Créé par Louis Bignon en 1946 dans une ancienne épicerie, l'atelier est ensuite exploité par son neveu Daniel, puis par Alain Hervé. Alain aime son métier. C'est un excellent professionnel; s'il restaure des Solex ou des Mobylettes antiques il est aussi tourné vers l'avenir: il monte des vélos électriques ou des fixies, il répare des scooters.

    Ses clients lui sont fidèles, le bouche à oreille fait qu'il ne manque pas d'ouvrage.

    - Certains de mes clients sont devenus des amis , se réjouit-il. 

    A vous d'agrandir le cercle d'amitié.

    Vient de paraître: 24 rue Sieyès

     32 pages - 70 photos couleur - 8 €

     

     Le Mans télévision - émission Le Bocal local - 10 janvier 2017

    Journaliste: Aurélien Legendre

    (De 2 min 12 à 11 min 48 = 9 min 36)

     


    11 commentaires
  • Présentation des 5 ouvrages publiés par Victoria Horton de 2009 à 2016

    Les Volontiers                                                              chronique

    2014-2015 : une plongée à la Fonderie, au Mans, au cœur de l’Atelier-théâtre des Volontiers. Sortir des Foyers de Vie où l’on habite, inventer, répéter, donner un spectacle. Un spectacle !

    Sur le plateau ils ne sont plus les mêmes ils sont transfigurés ils sont eux-mêmes. Les pieds trépident, les genoux tremblent, le corps manque brusquement mais le regard est intense, comme fixé sur un au-delà des mots. 

    Ce livre célébre le travail accompli par Frode Bjørnstadt et Claudie Douet, le rire, l’écoute et l’espérance, l’effort, le trac, la joie. À l’école des Volontiers, l’écriture de Victoria Horton se fait plus souple, plus vibrante, plus libre.

    Éditions Les Contrebandiers - 2016 - 15 €

     ***

    Souvenirs de Trôo                                                                          récit

     

    Souvenirs de petite fille, d'adolescente, d'adulte, dans un village troglodytique de la vallée du Loir. Victoria Horton fait souche sur le flanc de cette "colline inspirée" dont, bien des années auparavant, le sculpteur Bourdelle était tombé amoureux.

    Elle témoigne de modes de vie et de dire. Elle dépeint ceux qu'elle a côtoyés, paysans et villageois, commerçants et vacanciers, mais aussi un peintre, un poète, un vigneron, un écrivain britannique... qui vécurent à Trôo entre 1953 et 1985.

    Les Éditions du Café Littéraire  de la Terrasse - 2015 - 14 €

    ***

    Pagaie simple                                                                         chronique

    C'est une chronique, celle de descentes de rivière calmes du bassin de la Maine en canoë, à deux d'abord, puis en solo. Ni exotisme ni érudition, ni sport, ni tourisme, mais un angle de vue différent sur des paysages familiers: c'est la canoéiste qui regarde passer les berges.

    Trois rivières (la Basse Mayenne, la Sarthe et l'Huisne), une façon d'appréhender le réel qui se veut incarnée: "A chacun son rêve, donc à chacun son matériel."

    Éditions Les Contrebandiers - 2013 - 12 €

    ***

     Attachements                                                                              roman

      "Jamais je ne lui faisais aucun reproche, c'était pas possible, des fois que ça déclenche une crise on disait rien et même des fois en disant rien ça déclenchait."

    En un entrelacs de courriers et récits qui circulent d'un personnage à l'autre, Attachements tisse le roman noir de troubles amours où personne n'a le dernier mot: une vision dérangeante de la violence dite conjugale.

    Quidam éditeur - 2011 - 18 €

    ***

    Grand ménage                                                                             roman

    Histoire d'un double exil, une petite fille tient dans ses mains inexpertes deux fantômes à l'écrasante majesté: l'Empire britannique, légué par un père au grand cœur, sorte d'anarchiste bourgeois qui oublie de lui en donner les clés, et l'Algérie française, côté tennis et garden-parties, à la perte de laquelle elle voit sa mère assister dans la terreur et, prisonnière du silence d'une mémoire cassée, se replier dans le giron amer de l'extrême-droite catholique.

    De cet héritage singulier, les récits entrecroisés de Grand Ménage dressent le bilan et la clarté de leur prose éclaire le  chemin inattendu pris par leur auteur.

    Quidam éditeur - 2009 - 13 €

     

     

     


    votre commentaire
  • Album de photographies

    Berthelot a eu 100 ans en 2006. Ce livre est un voyage d'aujourd'hui "dans ces beaux locaux, avec leur galerie et leur coursive si évocatrices de l'atmosphère feutrée de l'Ecole de la République."
    C'est l'exploration patiente, régulière, d'une communauté scolaire de plus de 800 personnes qui partagent chaque jour le savoir, les jeux, les repas, la vie.

    Travail inédit en quelque 200 photographies, avec la rencontre d'une majorité d'acteurs de 10 à 15 ans, âges des changements rapides et bouleversants, où les plus jeunes et les grands se côtoient ou se mêlent, interrogeant ou affrontant les adultes qui les ont en charge.

    Éditions de la Corderie - format 30 x 21 cm - 2005 - 23 €

    ***

    100 ans de cinéma au Mans et dans la Sarthe     document

     Ce livre, coécrit, est unique: c'est le seul document paru en France à l'échelle d'un département à l'occasion des 100 ans du cinéma. Il fourmille d'informations, depuis le cinéma muet (et notamment forain) jusqu'à la veille du bouleversement du cinéma numérique, en passant par l'histoire des salles, les tournages, la censure, l'Art et Essai, l'école, l’Église, les ciné-clubs, les artistes, les deux guerres, etc.

      Éditions Cinémaniak - format 21 x 30 cm - 1995 - Prix 215 F - Épuisé.

    ***

    Préface aux 100 ans de cinéma

    Cent ans déjà. Cent ans seulement? Depuis le temps que le Fou essaie d'expliquer à cette pauvre Gelsomina tête d'artichaut. Depuis le temps que la danse des petits pains de Charlot. Depuis le temps. Hitchcock fait semblant qu'on ne le voit pas. Les soldats blancs descendent inexorablement les marches et le landau n'en finit pas de dévaler l'escalier d'Odessa. La trompette de Miles Davis fait éclater l'ascenseur. Depuis le temps que Gary Cooper se prépare pour high noon. E la nave va en carton-pâte. Sur la pointe des pieds Marcello doucement déchire les écrans de Federico. On chante sous la pluie. Bach étouffe les cris Chopin souligne les chuchotements du visage des deux femmes. Depuis le temps que le diable au corps. Et les icônes tragiques d'Andréi Roublev. Tu n'as rien vu à Hiroshima dit l'homme j'ai tout vu dit la femme. Maria Maria danse et chante avec le Portoricain. L'apocalypse maintenant et l'odyssée de l'espace. Le mystérieux rosebud à la poursuite de millions de gens. Quand tu auras fini de parler entre guillemets tu me le diras Arletty. Depuis le temps que frémit le visage que bougent les lèvres de la Falconetti lumineuse et ravagée. Que Bergman adresse des clins d'yeux à Woody Allen. Et Travis marche vers Paris dans la poussière texane. Jean Seberg vend le New York Herald Tribune sur les Champs-Elysées. Chacun pour soi est reparti dans l'tourbillon d'la vie. Depuis le temps que le pas suspendu de la cigogne

    Et il y a la lande odorante qu'effleurent les pieds dans l'île en juin. L'orage étincelant avec une pluie serrée. L'aboi du chien dans l'attente. Le vélo grinçant du facteur qui apporte la lettre. Le cargo quittant le port à marée haute. La flèche de Notre-Dame qui troue le ciel chargé. Les deux merleaux maîtres du jardin. Le fils lointain. La douleur d'une mère en Bosnie anéantie. Les petits déjeuners des matins d'hiver. La mère hésitante à marcher. La céramique âcre et stupéfiante sortie du four. L'oncle qui s'en va. Les aveugles au Prado de Bruegel l'ancien. Les notes claires de la guitare folk. Le Corbières rouge bu sous l'arcade de la bergerie. Les lunettes posées sur le roman inachevé. Ton genou rond. Les doigts des fillettes tachées de mûres. Le petit salé aux lentilles. La vie volée de la jeune femme sans travail. Les pandanus et les arbres à pain mêlés. Le train de Paris dans la nuit bleue. La danse en portée de la femme dans la vague forte

    Où est le vrai où est le rêve?

    Et si tout n'est qu'imagemiragemagie?


    Le Pathé, place de la République. 1er cinéma manceau en 1908.

     Photo Claude Pressoir

     

     


    2 commentaires
  • Christian, mon frère...

    Lire la suite...


    2 commentaires